Agressif et redoutable, le Doberman a toujours l’image du chien méchant. La race suscite la crainte et c’est sans doute pour cette raison qu’elle apparait même en chien de garde et jamais comme un toutou mignon au sein d’une petite famille au cinéma. Cependant, il est important de se rendre compte de l’évidence en voyant ce beau spécimen canin comme étant un chien de famille tout à fait en mesure de défendre par nécessité les siens. Aussi, il faut considérer son comportement digne d’un foyer, sa capacité d’affection et sa grande fidélité. Loin de ce que l’on pourrait imaginer, il ne s’agit pas d’un monstre malgré son portrait de chien méchant. Découvrez dans cet article ce dont il faut savoir à propos de cette race et de toutes ses caractéristiques spécifiques.

Histoire du Doberman

Connue sous le nom de Doberman Pinscher, cette race voit pour la première fois le jour vers la fin du XIXe siècle, notamment vers 1860. C’est le fruit d’un croisement entre le Pinscher allemand, d’où il tire son appellation, et d’un Rottweiler. À l’avènement de cette espèce, on avait tendance à parler de « chien de boucher » à cause de son métissage. La désignation courante « Doberman » est celle qui est mentionnée dans les dictionnaires, mais celle avec deux « n » à la fin provient du nom du premier éleveur. D’après l’histoire, Frédéric Louis Dobermann voulait un chien de garde à la fois combatif et non moins courageux pour l’accompagner dans ses divers déplacements en tant que percepteur d’impôts. Contraint de transporter de fortes sommes d’argent à cause de son métier, il souhaitait également disposer d’une protection adéquate lors de ses commissions. Parce qu’il prenait en charge une fourrière locale en ce temps, il s’était automatiquement orienté vers un chien capable de le protéger. Cette race trouve ainsi son origine. À l’époque, l’animal de compagnie était encore costaud et était plus petit.

Le premier standard de la race telle que l’on connait aujourd’hui fut créé vers 1990. Avant cette année, des améliorations étaient apportées au premier Doberman par l’éleveur appelé Goller, qui lui a permis d’intégrer le Cercle allemand du chenil. Ensuite, ces chiens étaient utilisés lors des deux grandes guerres mondiales. On les dressait de manière à ce qu’ils puissent ramper, supporter les détonations et ne pas aboyer. C’était alors l’Allemagne qui les a adoptés avant qu’ils n’atterrissent dans d’autres pays avoisinants et à travers le monde entier. En 1908, des améliorations ont encore été apportées à la race par les Américains pour qu’elle soit plus élégante. Enfin, les Canadiens décident de l’enregistrer parmi les races officielles en 1912.

Physique du Doberman

Doté d’une allure unique, mais surtout redoutable, on parle surtout d’un chien musclé qui possède une élégance propre. Son corps est solidement bâti, lui donnant l’impression d’être toujours sur ses gardes ou prêt à bondir. Quoi qu’il en soit, il a une allure avec des courbes élégantes, et il est sans lourdeur. Si le mâle mesure entre 68 et 72 cm pour un poids moyennant entre 40 et 50 kilos, la femelle pèse 30 à 35 kilos pour une longueur de 60 à 68 cm. Par ailleurs, il a une peau pigmentée recouverte d’une robe de couleurs différentes, les standards étant le noir et le feu. Cependant, il est tout à fait possible de rencontrer des spécimens avec des coloris fauve et feu, bleu et feu ou brun et feu. Quant au poil, il est lisse et court.

Longue et osseuse, sa tête arbore un crâne fort en forme de coin tronqué. Il a également un museau haut et des mâchoires larges, mais surtout puissantes. Ses lèvres sont fermes et lisses. Le Doberman a des yeux de taille moyenne et de forme ovale. Ils sont aussi foncés. Implantées haut, ses oreilles sont la plupart du temps coupées, et avec un aspect triangulaire. Sinon, elles sont semi-tombantes. En général, sa queue est coupée, et sa truffe est noire. Selon les index de la FCI, il est classé dans le Groupe 3 de la section 1 en portant le numéro 143.

Caractère du Doberman

Ayant une forte personnalité, il demande une grande éducation qui se traduit par des mois, voire une année de dressage. C’est la raison pour laquelle son maître doit être ferme et cohérent tout en s’assurant de léguer à son chiot une excellente socialisation. C’est d’ailleurs ce dont tous les chiens ont besoin. Il est nécessaire de lui apprendre le respect dans l’éducation afin qu’il sache qui est le vrai maître dans un foyer. Pour qu’il devienne un chien fidèle et heureux, son propriétaire devra estimer son Doberman tout en se faisant respecter par ce dernier. D’autre part, s’il est en majeure partie utilisé comme chien d’attaque, c’est tout simplement parce qu’il a du courage et de la rapidité. Il est notamment très actif et dispose d’une capacité offensive exceptionnelle. Faisant face à toute épreuve, il ne recule devant rien. On parle par ailleurs d’un chien sportif qui est doté d’une grande endurance sur les longues distances. Ce n’est donc pas pour rien s’il est utilisé par certains comme chien de course. Il faut ensuite noter qu’il n’apprécie guère la solitude et demande une compagnie pour rester équilibré et joyeux. Attaché dans un garage, il pourrait devenir une arme redoutable s’il est livré à lui-même. C’est ce genre de cas qui fait vite oublier qu’il s’agit en réalité d’un animal très affectueux capable de vivre au sein d’une famille. Il démontrera sans doute sa dévotion s’il se sent apprécié par tous les membres. Il faut donc savoir différencier la vie en meute ou en solo et celle dans un foyer.

À savoir avant son adoption

Il y a essentiellement des points à considérer lorsqu’on décide de choisir comme animal de compagnie un Doberman. Avant tout, il faut prendre en compte la vivacité et l’hyperactivité de ce chien. Dans ce cas, le propriétaire devrait l’intégrer dans une maisonnée où il pourra faire des exercices tous les jours ou presque. En dépensant son énergie, il se sentira évidemment plus heureux et, par la suite, deviendra fidèle. Son dressage nécessite cependant de la patience et de la constance à partir de son plus jeune âge. Son éducation doit aussi être réalisée dans de bonnes conditions. Le Doberman possède une grande force et une capacité offensive unique en son genre, d’où il demande une attention particulière. En effet, il ne faudrait pas le quitter des yeux trop longtemps ou le laisser sans collier durant un certain moment. Parce qu’il aime la vie en famille, il sera donc prêt à tout pour protéger les siens en toutes occasions. Aussi, il est alors nécessaire de lui fournir une éducation adaptée pour qu’il soit aux aguets quand il le faut. De plus, il ne doit pas dominer au risque d’être confronté à des conflits importants. Enfin, ce chien devra être éduqué comme tous les autres.

Alors, pour qui est fait le Doberman ?

Une maison munie d’un grand jardin clôturé est l’endroit idéal pour le doberman. Il pourra ainsi y exprimer librement son potentiel de gardien. Mais cette race peut s’adapter sans aucune difficulté à n’importe quelle condition de vie pourvu que ses besoins soient bien respectés. De cette manière, les propriétaires vivant en appartement pourront choisir cet animal. Dans ce cas, il est nécessaire de faire sortir régulièrement ce dernier. Autrement dit, il lui faut un maître sportif pour qu’il puisse se dépenser à sa guise.

Le Doberman et les enfants

Selon le caractère du Doberman, la vie avec les jeunes enfants ne pose aucun problème. Néanmoins, il reste nécessaire que ceux-ci savent respecter cet animal comme il se doit. D’ailleurs, les parents ont le devoir d’apprendre leurs tout-petits à communiquer correctement avec cette race. Dans tous les cas, il faut adopter quelques règles de vie pour garantir leur sécurité tout en considérant le bien-être de l’animal. D’abord, il n’est jamais recommandé de laisser un enfant seul avec le Doberman. Et de la sorte, celui-là n’a pas le droit de jouer avec ce dernier sans l’autorisation de ses parents. En outre, ce type de chien n’apprécie pas d’être dérangé quand il est dans son panier. De même, il est essentiel d’apprendre aux poupons de ne pas tirer l’animal sur sa queue, encore moins de monter sur son dos.

Le Doberman et les autres animaux

Le Doberman a le mérite d’être un animal pacifique. D’ailleurs, il sait parfaitement respecter les autres animaux avec lesquels il cohabite à condition bien sûr que ceux-ci le respectent de même de leur côté. Toutefois, pour que ces bêtes sachent se respecter, il est de la plus haute importance de socialiser le chiot Doberman dès son plus jeune âge. Dans ce cas de figure, l’adaptation doit se faire de manière tout à fait progressive. Sinon, le faire grandir au sein des autres espèces est le meilleur moyen de le cohabiter en harmonie avec elles. À titre indicatif, cette race peut voisiner avec les lapins, les chats ou encore les chevaux.

Bons à savoir

Le Doberman ne pourra être heureux sans la compagnie humaine. D’autant plus qu’il ne supporte pas la solitude. Puisque c’est ainsi, son meilleur maître est celui qui dispose d’une grande disponibilité pour lui. Cependant, les raisons de s’absenter de temps à autre ne sont pas rares pour tout le monde. Il est dès lors nécessaire de faire garder son animal. Dans ce cas de figure, il est plus judicieux de confier ce dernier à des personnes qui sont proches du groupe social, ce qui lui permettra de se sentir en sécurité. En outre, il faut mettre en tête qu’un tel animal est très méfiant par rapport aux étrangers. Aussi, il lui faut un temps d’adaptation s’il doit parfois intégrer une pension familiale. En revanche, la pension traditionnelle est tout à fait déconseillée. Le chien pourra ainsi souffrir du manque de contact humain, mais aussi du froid.

La santé du Doberman

S’il n’a pas de souci particulier, c’est tout simplement parce qu’il est robuste et doté d’une très bonne constitution. Toutefois, il peut toujours être sujet à des maladies qui sont essentiellement des problèmes cardiaques. Effectivement, la dysplasie de la hanche fait partie des affections auxquelles il pourrait encourir. On constate alors des spécimens atteints de cardiomyopathie dilatée. La race est en effet souvent victime de cataracte. Autrement dit, elle a une faible tolérance au froid et à l’humidité puisqu’elle a une robe au poil court et lisse. Enfin, si elle se dépense beaucoup, il est préférable de surveiller de près son cœur en passant chez un vétérinaire dès l’âge de deux ans. Il faut également consulter un spécialiste pour vérifier si le chien est sujet ou non des maladies suivantes : Narcolepsie, Syndrome de Wobber, Maladie de Willebrand, problèmes cutanés (démodécie, dermatite atopique, alopécie, etc.). Comme l’investissement dans l’éducation et la socialisation de son animal, il est nécessaire de penser à un budget destiné à sa santé et à son entretien.​

Facile à réaliser, il se fait également de façon rapide. Cependant, il ne faut pas se contenter d’un brossage hebdomadaire parce que ce chien possède un pelage ras. Il est de temps en temps important de masser celui-ci en se munissant de gants de caoutchouc. Cette pratique permettra par la suite de faire tomber les poils morts et d’exciter les glandes sébacées qui rendront le pelage brillant. On peut rapidement constater l’avantage d’avoir un Doberman comme animal de compagnie si l’on se focalise sur sa robe courte et lisse, ne demandant aucun entretien physique particulier. Quoi qu’il en soit, il faut toujours le brosser régulièrement étant donné que la perte de poil et la mue ont leur importance chez ces toutous. Sinon, il est aussi crucial de tenir le chien loin du froid tout en faisant attention aux journées trop ensoleillées. En ne sachant pas où s’arrêter, on peut toujours penser à la déshydratation potentielle. De plus, il est recommandé aux propriétaires d’examiner systématiquement son corps ainsi que ses oreilles en rentrant de chaque promenade pour vérifier et s’assurer qu’aucuns débris ou parasites n’y sont logés. Les oreilles qui ne sont pas coupées peuvent retenir des saletés.​

Le Doberman a l’avantage d’être facile à nourrir. Son propriétaire doit juste veiller à ce que son alimentation s’adapte parfaitement à sa dépense journalière tout en tenant compte de son âge et de son poids. Il est envisageable de le nourrir avec du BARF, de la nourriture industrielle ou encore de la nourriture ménagère. À chacun de choisir suivant les informations et les recommandations qui suivent.​

Puisque le Doberman est un carnivore, le biologically appropriate Raw Food ou BARF lui est une alimentation bien adaptée. Toutefois, les propriétaires se doivent de choisir un BARF fiable et de haute qualité pour éviter les problèmes bactériologiques. Pour ce qui est de la quantité, il faut en distribuer une part journalière d’environ 2 à 4 %  du poids de l’animal. Il faut également tenir compte du niveau d’activité de ce dernier avant de doser son repas. Plus il est sportif, plus ses besoins sont élevés. En outre, pour assurer un équilibre parfait, il est nécessaire de compléter le BARF avec un complément alimentaire. Il convient de noter en outre que le BARF peut engendrer des problèmes de perforation, d’obstruction ou encore d’étouffement chez le Doberman. Autre inconvénient de ce type d’alimentation : il coûte relativement cher.

Les croquettes ou l’alimentation industrielle sont aussi une autre alternative pour nourrir son Doberman. Ce type de régime a l’avantage d’être facile à servir en plus d’être économique. Qui plus est, il assure de manière correcte les besoins nutritionnels et quantitatifs de ce chien. Il suffit pour les propriétaires de bien suivre le dosage indiqué par le spécialiste. À noter que les croquettes peuvent se conserver très longtemps pourvu qu’elles ne soient pas ouvertes.  Conseil important : pour dénicher les meilleures croquettes pour son Doberman, il est judicieux d’axer son choix sur celles élaborées par des professionnels en nutrition canine, de quoi s’assurer d’un meilleur équilibre en protéines, glucides, nutriments, etc. suivant l’âge et la taille de son toutou.

L’alimentation ménagère est une alimentation composée de repas provenant des aliments du propriétaire lui-même. Il s’agit à vrai dire de restes de nourriture. Ce régime a le mérite d’être bien adapté aux besoins du Doberman du fait de sa large diversité (légumes, viande, poissons, etc.). Par la même occasion, le propriétaire a la maîtrise parfaite de ce que mange son chien. Par contre, les inconvénients d’une telle alimentation ne manquent pas. Entre autres, il serait compliqué de respecter l’équilibre alimentaire. L’animal pourra ainsi être exposé au risque d’obésité. De même, les Dobermans habitués à des alimentations ménagères pourront ne pas aimer les croquettes. Ce cas de figure pose souvent de problème au moment où on souhaite faire garder le chien à d’autres personnes.

Focus sur l’éducation de cette race

Éduquer un Doberman n’a rien de bien difficile. Pour cause : il s’agit d’un animal particulièrement réceptif. Qui plus est, il est très facile d’attirer son attention. Et comme toute autre race canine, l’éducation doit être précoce. Plus il est éduqué à son plus jeune âge, plus il adopte de bonnes habitudes pour la vie. Mais la séance d’éducation doit être courte et régulière. Plusieurs séances de 5 à 10 minutes par jour seront idéales, de quoi booster la motivation de son chiot.

Par ailleurs, si le chien est adopté à l’âge adulte, il semble judicieux de bien se renseigner sur son passé afin d’adapter les méthodes éducatives qu’il a vécues auparavant. Il est primordial de lui offrir un équilibre relationnel et environnemental. Dans ce cas de figure, il faut faire preuve de cohérence tout en étant ferme. Également, avoir de la patience ainsi que de la bienveillance est tout à fait crucial. Pour mettre tous les atouts de son côté, il est conseillé de confier l’éducation et la socialisation de son chiot à un professionnel : l’éducateur canin. Aussi, un suivi individuel en dehors des cours collectifs est à privilégier.

Quel budget prévoir avant d’adopter un Doberman ?

Avoir un chien de compagnie ou un chien de garde semble être le rêve de plusieurs personnes. Mais avant de songer à en posséder un, il est primordial de connaitre le budget que l’on doit consacrer à la race de son choix. Concernant le Doberman, il faut prévoir une somme allant de 700 à 1400 euros pour en faire l’acquisition d’un chiot. Le prix dépendra bien entendu du sexe de l’animal et aussi du pedigree de ses parents. Pour ce qui est du coût de l’entretien, il faut prévoir environ 1600 euros en une année.

Les avantages et les inconvénients du Doberman en quelques mots

Le Doberman est un chien de compagnie par excellence. Il est idéal pour les personnes à la recherche d’un animal de compagnie pour leurs activités en plein air. C’est plus particulièrement un meilleur partenaire de jogging. Qui plus est, il s’agit d’un bon chien de garde et de défense. Il se montre effectivement protecteur et tout à fait dissuasif. Cette race a également l’avantage d’être polyvalente, d’autant plus qu’elle est intelligente. Par ailleurs, cet animal ne demande que très peu de toilettage et donc d’entretien.

Si les atouts d’une telle race canine ne sont plus à présenter, ses limites méritent tout de même d’être dévoilées. Le Doberman requiert alors toujours la présence de son maître ou un autre membre de la famille, ceci, parce qu’il ne supporte pas du tout la solitude. De plus, il a besoin de stimulations mentales et d’activités physiques de temps en temps. Par ailleurs, cet animal peut se montrer agressif dans le cas où son éducation n’est pas suffisante.